Maroc 2014

  • Maroc 2014

Maroc 2014



Départ pour Ouarzazate avec une longue escale à Casablanca le samedi 25 Avril 2014

Dimanche matin, c’est le prologue de la course.

Et c’est parti… Première étape,
premier coup de chaleur pour tous. Des premiers kilomètres où il faut apprivoiser la chaleur. Pour tous, les jeunes, les coureurs, boire, s’arroser la tête, manger, pour pouvoir encaisser. Autour de nous, des paysages qui pourraient nous couper le souffle mais qui finalement nous en donnent. Du caillou, des gros, des petits, ça remue et pourtant les jeunes encaissent aussi et nous donne l’envie de continuer. Des montagnes au loin pendant 15 bornes et progressivement des apparitions de touche verte dans le fond ocre, des villages magnifiques qui ne sont plus des décors de cinéma, AIT BEN AMOU devant nous. On arrive dans une petite vallée et pendant plusieurs kilomètres sur un chemin escarpé, étroit, l’espace d’une personne, ça bouge pour les jeunes. On porte, on tire, on monte, on descend et solidaires, on passe..

Après 2 relais bien gérés, toute l’équipe « Courir avec » à nos côtés pour les relais et l’organisation du Morocco trail pour nous guider : 5h après notre départ, une arrivée de bonheur pour les 6 jeunes, un passage sur la ligne d’arrivée avec des applaudissements de la part de tous les coureurs. De l’émotion pour nous tous. Sous la tente, une collation, et des images défilent de cette première étape. Vivement demain.. la video ….

Etape 2 La Vallée d’Ounila Cette deuxième étape fut ultracourte : entre 7 h 45 ET 8 h 30 J ..
Parti cœur battant, mollet vrombissant, les deux joélettes et leurs équipes.
Au début, tout est plein de verdure, on traverse en courant des ruisseaux d’eau courante ! Des canaux d’irrigation, de la fraîcheur, de la végétation – quelle surprise ! Le minéral dominant est loin, au bout, aux confins du ciel bleu, le liséré blanc de la neige des sommets de l’Atlas tranchant sur l’azur.
Le balisage un peu parcimonieux oblige à une vigilance aigüe, merci les filles elles se reconnaîtront. Il faut suivre les points oranges, mais le soleil les a décolorés en rose pâle ! Il y en a des bleus, des jaunes, du vert – c’est coloré et amusant mais il ne faut pas se tromper.
A ce moment, en remontant l’Oued, nous courons dans l’eau qui rafraîchit les pieds…, c’est plus facile et plus court que sur les berges.
Le balisage indique qu’il faut quitter le lit de la rivière, se pose la question : opter pour le plaisir immédiat de la course dans l’eau ou suivre les consignes consciencieusement ?
Une équipe continue dans l’onde. L’autre suit le chemin qui s’éloigne vers les flancs abrupts.
La joélette restée dans le lit de l’oued s’enfonce dans une eau de plus en plus profonde…, le raccourci s’avère extrêmement long. L’autre commence l’ascension. Devinez qui est la joélette obéissante et qui est l’autre ?
Une fois quitté le fonds de la vallée d’Ounila, on remonte dans les rochers avec une vue superbe sur le fonds très vert.
On s’imagine remonter cette vallée, jusqu’à l’endroit de l’origine du monde… l’éden originel… là où le premier homme et la première femme ont thermo-régulé pour la première fois …
Il faut dire que le soleil tape dur ! L’esprit divague.
Cette remontée de la vallée très escarpée s’étend sur presque 15 km sans possibilité de s’échapper ou de se faire relayer.
Certains sautent comme des cabris sur le côté de la joélette pour éviter les cailloux qui roulent, pour assurer car il y a des à-pics plongeants.
D’autres fatiguent beaucoup, le cagnat, les efforts, les portés.
Parfois, je pense que le passage est infranchissable, mais par la magie de la volonté et de la solidarité de l’équipe, la joélette finit toujours par passer.

Mais cette fois-ci, c’est vraiment éprouvant physiquement.

Au bout de huit heures de trekking, l’énergie de chacun s’est évaporée mais au fonds de nous, il y a la satisfaction de l’objectif atteint … le corps vanné laisse l’esprit apaisé.

Les jeunes, même maintes fois choqués et longuement exposés à la chaleur « red-hot » sont heureux et s’endorment instantanément après cette étape qualifiée d’ultra-courte par esprit ludique et blagueur… vous l’avez bien compris !!! La vidéo…

Etape 3 Anmiter – Telouet
29 kilomètres, 1100 m de dénivelée +.
Changement de profil : direction les montagnes de l’Atlas.
Passage de plusieurs cols avant de redescendre sur le village de Tazga et de poursuivre jusqu’à Telouet.
Dîner et nuit en bivouac.
vidéo de la 3ème étape

Etape 4 La quatrième et dernière étape a débuté ce matin du village de Telouet devant l’ancienne Kasbah du Glaoui.
vidéo de la 4ème étape

Et voici la ligne d’arrivée du trail le 1 Mai à 13h20 (heure locale = -1h de france) La vidéo…

Pour finir la vidéo du retour…